La luna piena risveglia la bestia

Chapter 1

Il y a vingt et un ans...

Je devais célébrer mon 13e anniversaire avec mes amis près du canyon, avoir un feu de camp. Mais quelque chose n'allait pas. Je pouvais le sentir. Je suis resté dans ma chambre, leur disant que je ne me sentais pas bien.

Mes émotions faisaient rage à l'intérieur de moi, comme si elles voulaient sortir des limites de mon corps.

"Alejandro, qu'est-ce qui ne va pas ?" demanda la douce voix de ma mère derrière la porte.

"Laisse-moi tranquille, s'il te plaît." Peur. Je ressentais de la peur, quelque chose en moi changeait. Je me suis agrippé au rebord de la fenêtre, fixant la lune.

"Laisse-le, il n'en vaut pas la peine." La voix froide de mon père est arrivée. Il m'avait toujours détesté ; je ne sais même pas pourquoi.

Mon cœur battait dans ma poitrine. Je détestais cela. C'était comme si quelque chose voulait être libéré. J'ai fermé les yeux, essayant de me calmer. Mais cela ne servait à rien, j'entendais tout.

Les voix dans toute la maison. Pourquoi cela arrivait-il ? J'entendais chaque mot empoisonné qui sortait de la bouche de mon père tandis qu'ils s'éloignaient.

"Ricardo... il est un enfant, il doit y avoir quelque chose qui ne va pas." Ma mère a chuchoté à mon père tandis qu'ils entraient dans leur chambre.

"C'est un petit chien désobéissant. Il n'y a rien qui ne va pas." Il a ri. La colère m'a envahi avec une passion ardente.

Pourquoi diable détestait-il autant ? Mon cœur battait fort. La lune me faisait sentir étrange. Pourquoi devait-il y avoir une pleine lune ce soir ? Depuis que je me souvenais, je me sentais agité lors d'une pleine lune. Bien sûr, j'étais un loup-garou, mais cela n'était pas normal, et ce n'était pas comme si j'avais un loup déjà.

"Je ne suis pas désobéissant." J'ai chuchoté. Qu'est-ce que j'avais fait de mal ? J'avais toujours essayé de répondre à ses attentes, mais je n'étais jamais assez bon.

"C'est un petit morceau de merde. Celui-là va mourir jeune. Fais-moi confiance." Ses mots m'ont fait bouillir le sang. Mes ongles s'enfonçaient dans le rebord de la fenêtre. Un grognement a jailli de mes lèvres. J'ai vu rouge en me tournant vers la porte. J'en avais assez d'entendre cela.

J'ai ouvert la porte et me suis précipité dans le couloir jusqu'à la chambre de mes parents. Chaque remarque antagonisante qui sortait de la bouche de mon père faisait monter ma colère. J'ai arraché la porte, sans même réaliser que j'avais arraché les gonds.

Ma mère a crié, et papa a eu l'air choqué.

"Qu'est-ce que...?" il a chuchoté, me regardant. J'ai fixé sur lui, ressentant une douleur atroce me traverser. Mes os semblaient brûler et se briser.

"Je ne suis pas un petit morceau de merde ! Je ne suis pas désobéissant !" J'ai grogné, ne me souciant pas de la douleur. Je ne pouvais même pas reconnaître ma voix ou comprendre ce qui se passait. Papa a eu les yeux écarquillés en reculant, me regardant. J'ai froncé les sourcils, pourquoi regardait-il en haut de moi ? Il était plus grand que moi.

"Tu es un petit chien sans valeur ! Comment oses-tu ! Qu'est-ce que tu es !?" Papa a rugi ; il était l'Alpha.

Il avait toujours détesté que son commandement d'Alpha ne fonctionne pas sur moi. Je savais que c'était la raison. La raison pour laquelle il me battait toujours lorsque je désobéissais. Pour me montrer qu'il était plus fort. Mais pourquoi ? Était-ce si important ?

"Je ne suis pas sans valeur. Pourquoi me détestes-tu autant ?!" J'ai grogné ; je ne pouvais même pas reconnaître ma voix.

"J'ai dit qu'il était un freak..." Papa a chuchoté, le dégoût et le mépris évidents dans sa voix. La colère a flambé en moi, et j'ai bondi sur lui.

C'était comme un cauchemar. Je pouvais voir ce qui se passait, mais en même temps, je n'étais pas en contrôle.

J'ai vu mes pattes noires veloutées avec des griffes longues déchirer mon père. Je ne pouvais pas sentir quoi que ce soit, mais en même temps, j'étais calme. Et puis, tout à coup, tout est devenu noir.

Lorsque je me suis réveillé, je me tenais debout, nu, dans la chambre de mes parents. Une chambre d'été à la campagne qui était maintenant un cauchemar. Des parties de corps déchiquetées jonchaient la pièce, et du sang. Des marques de griffes souillaient chaque centimètre des murs et du sol. L'odeur métallique du sang empoisonnait l'air. J'ai reculé, l'horreur m'envahissant. J'ai regardé mes mains. Des mains couvertes de sang. J'ai balayé le sol, je me souvenais d'avoir attaqué papa, mais qu'en était-il de maman ?

J'ai couru à travers la pièce, jusqu'à l'autre côté du lit renversé. Je me suis arrêté net en voyant la main qui gisait sur le sol, portant un anneau. L'anneau de maman... La main de maman. Non... comment avais-je pu attaquer maman ? Non. Non. Non. Mon cœur tonnait dans ma poitrine, et j'aurais voulu pouvoir remonter le temps.

J'avais fait cela. J'avais tué mes parents, et je ne savais même pas comment. Mais une chose était claire. Papa avait raison. J'étais un freak. Un freak de la nature. Ce que j'étais devenu, n'était pas normal.

C'était ma première transformation. La première fois que j'avais pris une vie. Mais ce n'était loin d'être la dernière fois...

Chapter 2

Je m'assis à l'extérieur de notre maison de famille, près de la rivière, profitant de la journée chaude. Le soleil se couchait dans le ciel, et je savais que je devrais bientôt rentrer à l'intérieur. J'ai souri doucement, mes yeux collés au livre dans ma main, "Mon futur beau-frère" de Nlonroe Thirty. J'adorais ce livre. J'ai souri en tournant la page, me penchant contre l'arbre.

Mais je n'ai pas pu me perdre dans le livre et fantasmer sur le personnage principal Jayce parce que Liam, mon frère jumeau et futur Alpha du pack de la Lune Sanglante, est arrivé en courant.

"Kia, rejoins-nous. Nous allons aller regarder un film," a-t-il dit, passant ses doigts dans ses cheveux. J'ai levé les yeux vers ses yeux bleu céruléen, qui miroitaient ceux de papa. Il ressemblait beaucoup à papa, en fait. La seule différence entre les deux était que Liam avait les cheveux blonds roux comme maman.

"Je ne veux pas y aller. Vous autres, allez-y," ai-je répondu, retournant à mon livre.

Il a soupiré et m'a arraché le livre des mains, faisant briller mes yeux d'un brillant pourpre. "Liam!"

"Kiara. Assez de cela. Viens. Tu sais que le roi arrive dans deux jours. Alors nous serons coincés à servir ce connard arrogant," a-t-il dit.

Ça m'a fait sourire. En tant qu'Alpha, Liam n'aimait pas prendre d'ordres de qui que ce soit, et avoir deux parents Alpha ne l'aidait pas avec cela. Le fait que le roi vienne réellement... signifiait qu'il aurait un autre supérieur autour de lui.

"Ce n'est pas drôle. Nous avons tous entendu dire qu'il est plus arrogant et prétentieux que papa et tout autre Alpha réuni," a-t-il grogné, ses yeux de loup sombre apparaissant.

"C'est un peu drôle. Je veux vraiment voir papa se hérisser," ai-je dit avec malice. Liam a rétréci les yeux. "Tu es méchante. Surtout depuis que tu es la petite fille de papa."

Je me suis levée et ai tendu la main pour récupérer mon livre. Il l'a tenu hors de ma portée. Bien que je sois petite, il était plus grand que moi de plus de 6 pieds.

"Viens avec nous," a-t-il répété obstinément.

Je ne voulais pas. Il ferait noir lorsque le film serait terminé, et alors je serais aveugle comme une chauve-souris. Bien que je sois plutôt douée avec mes sens, ce n'était pas la même chose. Je détestais retenir tout le monde, même si ils disaient que je n'étais pas un fardeau. J'étais un fardeau. J'ai toujours été un fardeau.

"Kiara," a-t-il dit.

J'ai regardé vers lui et allais argumenter lorsque Raven, mon amie sexy et tempétueuse, est arrivée en courant. Raven avait 17 ans, un an de moins que moi. Elle avait les cheveux noirs coupés en carré avec des franges, avec des mèches rouges et prune. La chose la plus unique à son sujet était ses yeux mixtes. Le gauche était d'un bleu glacial, et le droit était bleu-vert. Mentionnons qu'elle était également minuscule, à 5 pieds.

"Kia!" a-t-elle dit, m'entourant de ses bras et me serrant fort. Elle portait tout en noir ; je ne pense pas qu'elle possédait beaucoup d'autres couleurs. Occasionnellement, elle portait du pourpre ou du rouge.

"Aïe aïe ! Tu m'écrases !" ai-je plaisanté.

"Je n'écrase que ces peluches," a-t-elle dit, me prodant les seins, me faisant rougir avant de me lâcher et de regarder Liam, qui la dominait de sa haute taille.

"Liam," a-t-elle dit.

"Liam," a-t-il répondu. Leurs yeux se sont rencontrés, et je me suis simplement tenue là. Raven avait été mon amie depuis que nous étions petites. Mais il y avait quelque chose entre Liam et elle. Je pouvais même imaginer cela, notre petite Luna. Mais alors, je pense qu'elle avait de la chimie avec quelqu'un d'autre...

"Maintenant que tu es là, nous allions sortir, et Kiara refuse d'y aller. Nous savons tous les deux qu'elle t'écoute," a-t-il dit. Raven a croisé les bras.

"Même toi m'écoutes," a-t-elle remarqué, faisant Liam grogner en me lançant le livre.

"N'essaie pas de prendre les devants," a-t-il grondé.

"Ooo, je suis terrifiée," a-t-elle ironisé, me faisant rire. Liam est parti en courant, et nous avons tous les deux éclaté de rire.

"Je ne vais pas y aller, Raven, ne t'y trompe pas," ai-je dit obstinément, reprenant mon livre, fronçant les sourcils. C'était un exemplaire signé, et cela signifiait beaucoup pour moi.

"Kia. Liam n'a pas tort. Viens, et je serai là aussi. Nous voulons que tu sois là," a-t-elle dit.

Mais j'étais également la raison pour laquelle Raven restait à mes côtés lorsque elle devrait aller faire ce qu'elle voulait. Je détestais retenir tout le monde. J'ai toujours fait cela. Les voyages en famille. Maman et papa ne pouvaient même pas avoir leur temps libre ensemble à cause de moi. Quel que soit l'âge que j'aie, j'étais toujours inutile.

"D'accord," ai-je cédé. Je ne voulais pas qu'ils me supplient non plus, sachant que ni l'un ni l'autre ne me laisserait sortir de cela. Pire, je savais que Liam irait jusqu'à papa. J'ai passé mes doigts dans mes cheveux blonds sable, devinant que je n'avais pas le choix.

Il était plus d'une heure plus tard, et nous étions maintenant au cinéma. Damon Nicholson, le futur beta et également l'ami de Liam, était avec nous. Les quatre d'entre nous avons toujours traîné ensemble. Nous riions maintenant sur une comédie, et j'étais réellement en train de profiter du film, buvant mon Fanta. Nous étions allés en ville, bien que notre pack ait grandi beaucoup au fil des ans, nous n'avions pas encore notre propre cinéma.

"J'aurais préféré un film d'horreur," a dit Raven, lançant du popcorn en l'air et le rattrapant dans sa bouche.

"Je suis sûr qu'il y a beaucoup de choses que tu aurais préférées," a remarqué Damon, me faisant rire, prenant du popcorn et le fourrant dans la bouche de Raven. Elle a mordu son doigt, lui lançant un regard furieux.

"Zip it, les garçons," a-t-elle dit, relâchant le doigt de Damon. J'ai souri. "Je vous ai dit que je suis la troisième roue. Ou devrais-je dire la quatrième roue..." ai-je dit, regardant entre les deux hommes et Raven. Ils m'ont tous regardée, l'air confus.

"Qu'est-ce que cela signifie ?" a demandé Liam. J'ai haussé les épaules. Je disais souvent des choses sans réfléchir, et je savais que cela les irritait. Ils ont échangé des regards perplexes, et je me suis retournée vers le film. J'aimais les films romantiques comme Titanic, mais il était difficile de choisir quelque chose que nous tous pourrions approuver.

" Au fait, j'adore ce haut, Kia !" a dit Damon, me faisant perdre patience. Les autres ne l'ont pas fait. Je n'ai rien dit. Il m'a menée à la porte et m'a lâchée.

"N'oublie pas de me lier d'esprit lorsque tu reviens ici, d'accord ?" a-t-il dit.

"D'accord," ai-je dit. Je n'allais pas le faire ; pourquoi devrais-je ? Je détestais être traitée comme une invalide. Je me suis éloignée, la douleur familière remontant de mon genou droit jusqu'à mon mollet.

"Je t'aime, Kia," a dit Liam par télépathie. Seule la colère a disparu. Je savais que ce qu'ils faisaient était parce qu'ils m'aimaient.

"Je t'aime aussi, grand frère," ai-je répondu, marchant vers les toilettes, sachant que Liam me regardait. Entrant, j'ai regardé dans le miroir, et une belle jeune femme m'a regardée en retour. J'avais un visage carré, avec des pommettes définies, des lèvres pulpeuses et des cheveux longs et droits. Mais ce que j'aimais le plus sur mon visage était mes yeux. Vert sage avec un anneau bleu, un mélange de maman et papa.

J'ai attendu un moment avant de quitter le cinéma et de marcher dans le parking. Mon loup était agité, il voulait que je continue à marcher.

"Pourquoi ?" ai-je demandé à mon loup, sachant que je ne recevrais pas de réponse, mais j'aimais penser que je pouvais communiquer avec elle ; elle m'envoyait parfois des émotions en réponse. "Y a-t-il quelque chose là-bas ?" ai-je demandé.

L'envie de continuer à marcher m'a envahie, et je l'ai fait, les lumières du cinéma devenant de plus en plus faibles à mesure que je continuais à marcher. Mon bon sens me disait d'arrêter. Ce n'était pas la première fois que je faisais cela.

En grandissant, j'avais suivi mon instinct et j'étais toujours tombée dans le danger. Mais maintenant, j'avais mon loup ; les choses seraient différentes, n'est-ce pas ? Bien que mon loup ne puisse pas voir dans le noir, elle était forte et rapide.

Soudain, tout est devenu noir. Les alarmes ont sonné, signalant une panne de courant. Mon cœur a sauté un battement, mais j'étais calme.

"Je ne pense pas que cela était une bonne idée," ai-je dit à mon loup. J'ai regardé autour de moi, mais tout était noir.

"Kiara !" a appelé Liam par télépathie, la panique dans sa voix.

"Relax, je suis en sécurité. Je vais juste rester en place jusqu'à ce que les lumières reviennent," ai-je répondu par télépathie.

"Ok. Raven vient," a-t-il dit.

"Relax, Liam."

Il n'a pas répondu, et je savais que Raven était probablement en train de courir vers le cinéma. J'ai soupiré, devinant que je devais retourner. J'ai tourné pour rentrer à l'intérieur lorsque j'ai entendu un grognement étrange et surnaturel. Mon sang s'est glacé lorsque j'ai senti quelque chose bouger derrière moi, le souffle du vent me frôlant, me poussant à fuir...

Chapter 3

L'odeur du sexe et de la sueur planait dans l'air, le son de la peau contre la peau et les gémissements des deux femmes qui gisaient sur le lit emplissaient la chambre. Elles s'embrassaient tandis que je baisais l'une d'elles. Je ne ressentais rien, même lorsque mon plaisir m'envahissait. Je me retirai simplement et quittai le lit, prenant une bouffée de la cigarette qui était entre mes lèvres. Sans même jeter un second regard aux deux louves que je venais de baiser. Elles ne pourraient pas marcher pendant un jour ou deux.

Elles avaient rempli leur rôle, et maintenant je ne voulais plus les voir.

Les femmes étaient toutes les mêmes pour moi. Je les baisais et je passais à autre chose.

J'avais 34 ans et je n'avais pas de partenaire, mais je m'en réjouissais. Je ne suis pas du matériel de partenaire. Je suis un putain de freak de la nature, je suppose que ne pas être un loup-garou signifiait que je n'en avais pas. Ça faisait plus de 10 ans que j'avais accepté ce fait. Ça signifiait que je pouvais avoir cent femmes si je le voulais, et j'en avais déjà eu beaucoup plus que ça. Et je n'aurais pas à faire face à une soi-disant âme sœur.

Je n'avais pas de putain de cœur, ni ne m'en souciais. Il n'y avait pas de place en moi pour quelqu'un d'autre, et c'est ainsi que je l'aimais. Être seul. J'avais vu des hommes tomber à genoux pour plaire à leurs femmes.

Je n'étais pas l'un d'eux. Certains appelaient cela une malédiction que je n'avais pas de partenaire, je l'appelais un putain de privilège.

Pas de salope pour me faire perdre la tête, la seule chose que je devais faire perdre, c'était mon dick, et j'en avais plein.

Je marchai jusqu'à la salle de bain pour laver leur saleté de moi. Je ne me donna pas la peine d'allumer la lumière. Quel était le point, lorsque je pouvais voir dans le noir ? J'eus un froncement de sourcils, entrant dans la douche après avoir jeté la cigarette dans la poubelle.

Je tournai le robinet, laissant l'eau froide couler sur moi. Je ne ressentais rien. Ni le froid, ni le plaisir. C'était tout pareil. Les années avaient passé et avec chacune d'elles, je me sentais de plus en plus animal que humain. La seule chose qui me faisait me sentir vivant était la douleur et le meurtre. J'adorais la chasse, le jeu et le meurtre. J'avais fait de cela mon unique but, nettoyer le monde de la merde.

Je savonnai mon corps et me rinçai lorsque je sentis quelqu'un me lier mentalement.

"Alpha, nous avons une localisation," Darien, mon second, mon Beta, était un Alpha mais avait refusé son poste pour être à mes côtés. Probablement la chose la plus proche que j'avais d'un ami.

"Où ?" je répondis mentalement.

"En direction de Birmingham, si nous partons bientôt, nous pourrons peut-être l'attraper."

"Préparez-vous dans 10," je coupai la liaison et pris une serviette. Un sourire sans humour sur mon visage. C'était près du territoire de ce connard d'Elijah. La tentation de l'importuner me semblait comme un divertissement. L'homme était dans mon conseil, mais nous nous détestions mutuellement. Il était 6 ans plus âgé que moi, mais c'était l'un de ces salauds que j'aimais emmerder. J'étais censé le visiter demain. Je pense que je vais avancer cela.

"Darien," j'appelai.

"Oui, Alpha ?" il répondit.

"Faites savoir à Alpha Elijah que nous arrivons ce soir au lieu de demain. Ils peuvent nous héberger." Je quittai la salle de bain et marchai jusqu'au lit pour prendre mon téléphone. L'une des louves se réveilla et s'assit, tenant les draps contre sa poitrine. "Alpha."

Je l'ignorai, pris mon téléphone et quittai la chambre. Je n'étais jamais allé à la localisation du pack d'Elijah, bien qu'il vienne souvent aux réunions du pack. Alors, ce serait vraiment une visite équitable pour voir comment il gérait son pack.

Je devais admettre, il avait le pack le plus fort alentour. En ligne, cela ne comptait pas car je prenais des membres de différents packs. C'était plus un pack de guerriers qu'une famille. Nous avions des loups forts qui faisaient face aux menaces et étaient envoyés. J'étais installé pas trop loin du pack de mon frère. Mais pas trop près pour que les packs ne se mélangent pas. J'avais des territoires partout et je me déplaçais si nécessaire.

Il y avait 8 ans que j'avais atteint ce poste. Par la force dans de nombreux cas, j'avais forcé les Alphas à se soumettre, et j'avais exercé mon autorité sur eux. Je n'étais pas un loup-garou ordinaire, et je n'allais pas être traité comme tel.

Je suis entré dans ma chambre, choisissant des shorts démesurés. Ils étaient suffisamment larges et ne se déchireraient pas lorsque je me transformerais.

Après tout, je n'étais pas un loup-garou ordinaire. J'étais un Lycan. Plus fort, mieux, plus intelligent et j'attendais que tout le monde le sache.

Un Lycan était comme de la royauté, et donc je prenais mon trône d'une certaine manière. Mais que les gens l'admettent ou non. Chaque pack était plus sûr avec mon règne sur eux. Les loups innocents ne sont pas abusés. S'ils le sont, ils savent que je suis là. J'étais l'Alpha du pack des Marcheurs de Nuit. Aussi connu comme le pack Royal. Avec le temps, de plus en plus de choses inquiétantes se produisaient, mais j'avais fait de mon mieux pour contenir la menace.

Non seulement des loups-garous travaillaient en meutes, mais des créatures appelées Wendigos étaient apparues. Les Wendigos étaient des loups-garous qui avaient mangé des loups-garous et étaient devenus quelque chose de différent. Ils vivaient pour tuer et manger des loups-garous et n'avaient plus trace de santé mentale.

Et puis il y avait les Manangal's, des créatures vampiriques avec des membres allongés, des griffes, des dents et entourées d'une odeur répugnante. Ils se nourrissaient d'enfants et de femmes enceintes.

Le pire était que ces choses étaient créées avec de la magie noire. Et bien que j'aie travaillé sur la piste de ces choses pendant plus de 16 ans, je me sentais toujours comme si j'étais à tâtons. Juste la pensée me faisait bouillir le sang. Quelqu'un était derrière cela, et je jure que lorsque je le trouverai, je vais le faire regretter d'avoir jamais été né.

Les quatre hommes qui devaient me rejoindre étaient prêts. Je me transformai, les secondes de douleur lorsque mes os se brisaient et se reformaient me semblaient rafraîchissantes. J'articulai mon cou de côté et sans un mot, nous avons commencé à courir.

J'étais plus rapide que les trois autres, mais ils savaient où nous allions. Je n'avais pas vu l'un de ces créatures depuis quelques mois, ce qui m'avait inquiété. Était-ce que quelque chose de plus grand allait arriver ? C'était juste mon instinct, mais je n'étais pas souvent trompé. Mais maintenant que l'un d'eux voyageait vers le sud, j'avais suivi sa piste et comme toujours, il ne s'échapperait pas de moi.

Je voulais essayer d'en attraper un vivant, mais je finissais toujours par les déchirer. La lune brillait et comme toujours, je me sentais plus puissant sous elle. Seuls mes yeux brillaient tandis que je m'accélérais, un éclair noir tandis que je courais vers ma proie.

Deux heures avaient passé, j'avais traversé Birmingham. Je devais être quelque part près du pack de la Lune Sanglante. J'avais senti une odeur, c'était un Wendigo. Ce qui signifiait que beaucoup de gens étaient en danger, pas juste des enfants et des femmes enceintes. J'étais entré dans une ville, et je fronçai les sourcils, ne restaient-ils pas généralement dans les bois ? Je regardai autour de moi, réalisant que j'étais à Stratford-Upon-Avon.

Quelque chose n'allait pas... J'avais perdu la piste. Était-ce qu'il avait une cible ?

Où était-il ? Je me cachai dans les ombres, il y avait trop de gens autour. Merde, ce n'était pas bon. J'avais besoin de faire quelque chose, sinon nous ne serions pas vus. Je regardai en haut, vers les fils électriques, mes yeux brillant rouge. Un sourire froid traversa mes lèvres. Maintenant, cela allait être amusant. Si cela voulait jouer à cache-cache, je lui donnerais ce qu'il voulait. Je sautai, déchirant les fils électriques avec mes griffes, des étincelles volèrent, illuminant le ciel avant que tout ne devienne noir.

J'entendis un faible gémissement dans le lointain et je souris froidement.

"Jeu, Fumier."

Chapter 4

Kiara

Je me suis transformée en courant, sentant la chose derrière moi courir plus vite. Ce n'était pas un loup solitaire, je le savais. Je ne pouvais pas voir où j'allais, mais je continuais de courir, ma cheville hurlait de douleur, et je trébuchais plusieurs fois.

Bien que mon esprit me criait de me retourner et de regarder ce qui me poursuivait, un instinct de base, inutile pour moi - je ne pourrais pas voir. Je heurtai un mur et grognai, me retournant ; je savais que je devais me battre, ou j'étais fichue. J'attaquai, mais je fus renversée au sol. J'entendis quelque chose approcher tandis que je me relevais à nouveau. Je sentis quelque chose me flairer, et je me raidis, ne voulait-il pas me tuer ? J'avais tort, la prochaine chose que je sentis fut quelque chose qui mordit dans mon cou, me faisant hurler de douleur. La plaie brûlait, et je sentis mon corps se forcer à se transformer. Seul mon épaule était douloureuse.

Un rugissement déchira l'air, et je sentis quelque chose repousser mon agresseur. Je ne pouvais pas voir, mais j'entendis une bagarre. Des morsures, des grognements, et des bruits d'os qui se cassaient. L'odeur du sang emplissait l'air, puis le silence. J'essayai de me relever, mais mon cou et mon épaule brûlaient. "Liam," j'appelai faiblement par le lien. Je ne pouvais pas dire autre chose, épuisée. J'entendis des pas, et je croisai les bras sur ma poitrine, souhaitant pouvoir voir. Un parfum boisé enivrant emplissait mes narines, mêlé à une odeur masculine et à de la fumée. Je léchai mes lèvres, quelque chose en était extrêmement agréable.

"Qui êtes-vous ?" demandai-je, ma voix calme et maîtrisée malgré la douleur que je ressentais.

"Quelqu'un qui vous a sauvée, petit chien," répondit la voix la plus délicieuse que j'aie jamais entendue. Mon cœur s'arrêta de battre à la tonalité rugueuse qui semblait faire vibrer ma peau.

"Ki !" j'entendis la voix de Raven et le bruit de pas. Avant que je ne puisse dire quoi que ce soit, je sentis l'homme partir, et je le regrettai.

"Oi ! Qu'est-ce que... " dit Damon.

"Putain, Kia !" dit Liam, et je sentis qu'il me mettait un tee-shirt sur moi avant de me prendre dans ses bras.

"Elle est blessée. Oh mon dieu," dit Raven, sonnant paniqué.

"Je vais bien," dis-je, sonnant plus faible que je ne voulais.

"Qu'est-ce que c'était... " demanda Raven tandis que je me sentais placée dans la voiture ; Raven monta à côté de moi, me prenant dans ses bras.

"Quelque chose m'a poursuivie, et quelqu'un m'a sauvée..." dis-je doucement. La pensée de la voix profonde me faisait flipper.

"Eh bien, qui que soit ce type, il était rapide. Il a attrapé cette chose et a disparu," dit Damon. La voiture tomba silencieuse tandis que nous rentrions à la maison. Je savais que papa allait flipper, et je ne voulais pas qu'il sache ce qui s'était passé. Je regardai les réverbères qui passaient. Il semblait que seul le quartier du cinéma avait été affecté.

"Emmène-moi dans ma chambre, Liam. Ne dis rien à maman ou papa à ce sujet. S'il vous plaît," dis-je faiblement.

"Il faut vous faire examiner," dit Liam sèchement.

"Je vous avertis, Liam, écoutez-moi !" dis-je en éclatant.

"On a besoin de vous faire examiner," dit Damon.

"Il faut que je nettoie cette plaie," ajouta-t-il.

"Je vais le faire pour elle et rester la nuit avec elle. Si elle a de la fièvre ou autre chose, je vous le ferai savoir," dit Damon.

"Tu ne peux même pas faire de lien mental," remarqua Liam.

Raven se pencha en avant, tapotant le cou de Liam. "Je peux venir dans ta chambre ! Tu ne vis pas à l'autre bout des terres du pack, n'est-ce pas, imbécile !"

"D'accord, calme-toi, petite !" soupirai-je, me laissant tomber en arrière et fermant les yeux, ignorant leur bavardage. Ce soir avait pris une tournure inattendue, et une fois de plus, j'avais dû être sauvée.

Je me retrouvai enfin dans le confort de ma chambre, soulagée que maman et papa soient dans leur chambre. Ils n'étaient certainement pas endormis. Nous savions tous les deux que c'était vrai.

Les murs de ma chambre étaient peints d'un rose pâle avec un éclat de paillettes. Le plancher en bois était recouvert d'un tapis rose moelleux, et mon lit et mes meubles étaient gris. Alors que mes draps étaient gris et blancs à motifs, il y avait une grande fenêtre couverte de rideaux en organza blanc et rose. Un coin lecture, contenant des rangées de livres, des journaux et ma collection de bougies, était à gauche de la porte. Sur le sol devant les étagères, il y avait plusieurs coussins, où je m'asseyais pour lire ou écrire.

Sur le mur en face du lit, il y avait mes armoires et, au milieu, ma table de toilette avec un miroir. J'avais deux lampes de chevet et une lampe à paillettes. Autour de ma tête de lit et de mes rideaux, il y avait des guirlandes de lumières.

C'était mon havre, un endroit où je n'avais pas besoin d'aide. Où je me sentais capable et où je n'étais pas constamment cajolée.

Je me retrouvai assise là, portant le tee-shirt de Liam, tandis que Raven mettait de l'antiseptique sur mon épaule.

"On aurait dû faire venir Liam pour lécher la plaie, le salive d'alpha aide," dit Raven.

"Bah, dégoûtant, c'est trop intime. Il peut lécher toi, mais il ne me touchera pas !" répliquai-je avec dégoût.

"Oh, allez, je suis sûr qu'il n'aurait pas eu de problème," dit Raven.

"Je sais qu'il n'en aurait pas eu, mais non merci !" Je fus soulagée lorsque elle mit des pansements sur toutes les marques de morsure et me laissa me reposer.

"Ça ne ressemble pas à une morsure de loup..." dit-elle maintenant sérieusement.

"Je ne pense pas que ce soit. Ça ne ressemblait pas à un loup," dis-je, frissonnant légèrement. "Qui m'a sauvée ? Aucune idée ?"

"Je ne sais pas, mais il n'était pas de notre pack," dis-je doucement, me souvenant de son odeur et de la façon dont sa voix sonnait.

"Ton cœur bat très vite," dit Raven, me regardant curieusement. Je la regardai ; je n'avais pas de secrets pour elle. Nous nous disions tout.

"Sa voix était sexy... vraiment sexy..." dis-je, me laissant tomber sur mon lit. Raven écarquilla les yeux.

"Whoa, vraiment ? Comme charmant, pantalon-tomber-charmant ?" demanda-t-elle. Je levai un sourcil.

"Plus comme charmant, culotte-mouillante-charmant. Est-ce que c'est un terme ?" Elle éclata de rire et me donna une tape sur la jambe. "Damn, j'aurais aimé..."

Elle s'arrêta, un éclair de culpabilité traversant son visage. Je savais ce qu'elle allait dire.

"N'en parle pas. J'aurais aimé voir lui aussi... si sa voix et son odeur avaient quelque chose à voir avec ça. Il devait être plutôt chaud," dis-je, fixant mon plafond. La lumière de ma lampe à paillettes projetait des motifs scintillants sur le plafond.

"Qu'est-ce qu'il a dit ?" demanda Raven.

"Il a dit qu'il était celui qui m'avait sauvée..." dis-je, faisant la moue, me souvenant de ses mots. Elle se coucha à côté de moi, passant son bras autour de ma taille.

"Maintenant, en y pensant, il m'a appelée pup. Hmph," dis-je, me tournant sur le côté, mécontente de cela. Raven rit.

"Eh bien, je suis sûr que si tu lui avais donné un petit spectacle au lieu d'essayer de te couvrir, il aurait réalisé que tu n'étais pas juste un petit chien."

"Raven ! Va dormir !" soupirai-je.

"D'accord, d'accord !" dit-elle derrière moi, et je savais qu'elle s'endormirait rapidement.

Je coupai les autres lampes depuis l'interrupteur près de mon lit, fixant les paillettes d'argent qui dansaient dans l'eau rose.

La respiration de Raven devint régulière, et, bien sûr, elle s'endormit rapidement. Mais je ne pouvais pas dormir, les mêmes pensées me consumant.

Qui était-il, et pourquoi était-il dans notre territoire ?

Chapter 5

KIARA

« Quelqu'un qui t'a sauvé la vie, petit chien. » Sa voix profonde me fit frémir le long de la colonne vertébrale. Son odeur emplissait mes sens.

« Quel est ton nom ? » demandai-je doucement, sentant la chaleur de son corps qui me faisait frémir de plaisir.

« Kiara. »

« Hein ? » C'est mon nom - « Kiara ! Kiara ! » Je fronçai les sourcils. La voix changea en une que je reconnaissais bien. Mes yeux s'ouvrirent pour voir Raven planer au-dessus de moi. Je rougis, réalisant que j'avais rêvé. Je la repoussai et me levai.

Le soleil brillait à travers les rideaux, et je me penchai pour éteindre mes lumières.

« De quoi rêvais-tu ? » demanda Raven, me regardant avec curiosité.

« Rien, pourquoi ? »

« Ton cœur battait à tout rompre. »

Je haussai les épaules innocemment. « Aucune idée. » Je m'étirai, grimaçant à la douleur qui me montait dans l'épaule et le cou. Je grognai en plaçant ma main dessus. Raven était à mes côtés instantanément.

« N'es-tu pas guérie ? » demanda-t-elle avec inquiétude. « Nous devrions peut-être en parler à Aunty Red et Oncle El. »

« Pas une bonne idée », dis-je en me levant. J'essayai de ne pas grimacer à la douleur dans mon épaule. Je boitai légèrement en me dirigeant vers la salle de bain.

« Je vais utiliser la douche de Liam ; il est déjà parti pour l'entraînement », dit Raven, et je hochai la tête en entrant dans ma petite salle de bain. Ce n'était pas grande, mais elle avait une baignoire avec une douche combinée.

J'enlevai le tee-shirt de Liam et me regardai dans le miroir à pied. Seul mon teint brun, comme celui de papa, était un peu plus pâle que d'habitude. Je pris un moment pour admirer mon tatouage de chandelier sous les seins.

Je l'avais obtenu le jour suivant mon 18e anniversaire, et j'adorais. Papa avait été un peu contrarié, disant pourquoi avais-je obtenu quelque chose qui attirerait l'attention sur mes seins. Il aurait certainement une crise cardiaque si il voyait mon tatouage de jarretière sur la cuisse. Je l'avais obtenu il y a un peu plus d'une semaine. Il n'avait pas encore remarqué. J'enlevai les bandages et regardai la marque de morsure. Elle guérissait, bien que plus lentement que d'habitude. Me sentant un peu soulagée,

J'entrai dans la douche, laissant l'eau chaude soulager mon épaule douloureuse.

Une heure plus tard, Raven et moi descendîmes. Nous avions fini par avoir une bataille de coussins avant de nous habiller pour la journée. Je portais un débardeur en soie ivoire enfoncé dans des jeans skinny déchirés et des escarpins ivoire. J'avais mis un cardigan sur le débardeur pour cacher mon épaule. Bien que l'hémorragie ait cessé, les blessures étaient toujours là. J'adorais les talons, mais je ne pouvais pas vraiment les porter longtemps sans que mon pied ne se déclenche. Mes cheveux étaient laissés ouverts, et j'avais juste un peu de fond de teint, de highlighter, de eyeliner et de mascara. Seules mes lèvres étaient juste enduites d'un baume à lèvres au beurre de karité. Je portais des boucles d'oreilles pendantes et quelques colliers.

Nous sommes entrés dans la cuisine, Raven et moi nous arrêtant dans nos pas. Papa avait maman contre le réfrigérateur, ses jambes enroulées autour de lui tandis qu'ils s'embrassaient, les bruits de gémissements clairs comme le jour. Je rougis, et Raven siffla.

« Beau spectacle, Oncle El ! Continue ! »

J'entendis papa grogner tandis que maman déverrouillait ses jambes et le repoussait. Je souris en regardant mes parents. Papa avait 37 ans, et maman avait 37 ans. Ils étaient de jeunes parents, mais ils semblaient avoir 30 ans au maximum.

« Je le ferais, mais je pense que tu es trop innocent pour pouvoir gérer », dit papa à Raven, qui roula des yeux.

« Pas vrai. Je ne suis pas innocent. »

« Tu penses », dit papa, souriant, tandis qu'il se penchait contre le plan de travail. « Vas-tu bien, ange ? »

Il me regarda, et je souris avec malice. Papa m'embrasserait toujours. Mais le fait qu'il ne bougeait pas de sa place signifiait qu'il était excité.

« Je vais bien, papa. N'allez-vous pas me donner un baiser ? » demandai-je avec malice. Papa sourit, attirant maman dans ses bras et l'embrassant.

« Es-tu sûr de vouloir un ? »

« Dégoûtant, non », dis-je, ne faisant pas confiance à papa. Nlum roula des yeux.

« Vous allez bien, les filles ? J'ai entendu dire que quelque chose s'était produit au cinéma hier. Liam a dit que vous étiez partis avant. Est-ce vrai ? » demanda-t-elle avec fermeté. Raven et moi échangeâmes des regards. J'acquiesçai, ne rencontrant pas les yeux de maman, tandis que je prenais une bouteille de jus d'orange dans le réfrigérateur.

« Oui, Aunty Red. C'est ce qui s'est passé. Alors, quels sont les plans pour la visite du roi ? C'est demain, n'est-ce pas ? » demanda Raven avec douceur tandis que Gwen, notre gouvernante, entrait avec un plateau vide.

« Le petit déjeuner est prêt », dit-elle en souriant.

« Merci », dit maman à Gwen. Papa regarda Raven.

« Il arrive aujourd'hui. En fait, il est déjà en ville. »

« Oh, je ne peux pas attendre ! J'ai entendu dire qu'il était vraiment beau ! » Raven s'exclama.

« C'est un connard arrogant », grogna papa, gagnant un regard noir de maman.

« Elijah, langage. Lorsque deux personnes similaires se rencontrent, elles se heurtent », dit-elle à Raven tandis que nous allions tous au salon. Papa mit son bras autour de moi, m'embrassant sur le front.

« Tu es belle, ange », dit-il. Je souris à lui. Il n'oubliait jamais de me le dire. Parfois, je me sentais comme si personne ne pouvait m'aimer plus que papa m'aimait, mais puis je voyais comment il regardait maman, et je souhaitais trouver un partenaire qui me regarde avec autant d'adoration et d'amour. Mais voudrait-il de moi ? La simple pensée me faisait tourner le ventre.

Une fois assis autour de la table de salle à manger, qui était une belle table en bois solide en chêne, je regardai la nourriture, qui était actuellement chargée de deux énormes plats de tout ce que l'on attendrait dans un petit déjeuner anglais complet.

« Alors, le roi Alpha dînera-t-il ici ? Ou allez-vous à la maison de la meute ? » demandai-je, me servant de nourriture.

« Ici, il n'aime pas vraiment les gens », dit maman.

« Il n'y a pas de gens qui l'aiment non plus », ajouta papa, faisant lever un sourcil.

Raven et moi avons ri tandis que maman fronçait les sourcils.

« Sérieusement, Elijah. Il est le Roi Alpha. »

« C'est ce que papa déteste », dis-je en écho.

« Ah, oui, des problèmes d'égo », dit maman, souriant.

« Puis-je aider à cuisiner ? » demandai-je. Papa fronça les sourcils. « Tu n'as pas besoin de servir. Gwen peut s'en charger. »

« Si elle le veut, laisse-la », répliqua maman, donnant un baiser à papa pour l'apaiser. Maman savait comment apaiser son homme.

« Elle cuisine vraiment bien, Oncle El. Vous devez admettre », ajouta Raven, mangeant une bande de bacon.

« Oui, je sais », dit papa, fronçant les sourcils. « Je ne veux juste pas qu'elle se fatigue trop à cause de lui. »

Je savais qu'il parlait de mon ankle. « Je vais bien, papa », dis-je, ne leur disant pas vraiment à quel point j'avais mal. Ils ne savaient pas que j'avais mal tous les jours. C'était quelque chose que j'avais appris à vivre avec. J'avais été blessée dans une attaque de rogue lorsque j'avais environ 2 ans, et cela rongeait papa qu'il n'avait pas pu me protéger. Bien que papa m'ait sauvée de la mort, j'avais été blessée au-delà du point de guérison.

« Je pense que ce sera agréable. Je veux dire, il m'a sauvé la vie une fois », dit maman, me sortant de mes pensées.

Papa sourit, et Raven et moi avons regardé maman avec surprise.

« Vraiment ? » demandai-je.

« Déballe », ajouta Raven.

« Tu étais sur le point d'être tuée, nous étions à la fête d'anniversaire de Raihana. Tu t'étais éloignée dans la forêt, et bien, c'était l'un de ces créatures. Un Nlanangal. C'est comment nous avons découvert qu'il était un Lycan. Il t'a sauvée cette nuit-là, et autant que papa ne puisse pas le supporter, je me souviens qu'il t'a sauvée. »

« Elle est plus grande que toi maintenant », ajouta Raven à maman plus petite.

« Toujours ma petite fille », répliqua maman, fronçant les sourcils à Raven et papa. « Maintenant, si Kiara veut cuisiner, elle peut. Alejandro... eh bien, je pense qu'il a plus de secrets et de raisons pour être comme il est. Plutôt que de simplement supposer qu'il est un connard. »

« Qu'est-ce qui te fait dire cela ? » demanda Raven, jouant avec sa nourriture.

« J'étais différente autrefois. Victime de harcèlement, détestée, et ciblée, même après que j'ai eu Kiara et Liam, plusieurs fois des gens ont voulu m'enlever, une "femelle alpha" comme si j'étais un expériment. Et Alejandro, il est plus différent que moi », dit maman, buvant de l'eau. J'acquiesçai. Cela avait du sens. Je savais ce que c'était que de se sentir différent...

« Il doit être difficile d'être unique », dis-je doucement.

« Ne sympathise pas avec lui », dit papa.

Je lui ai donné un petit sourire.

« D'accord, papa. Alors, est-ce qu'il y a un menu spécifique ou puis-je faire ce que je veux comme accompagnement ? »

« Fais ce que tu veux », dit maman, me donnant un sourire chaleureux. « Alors, es-tu en train de sauter l'entraînement aujourd'hui ? »

« Juste aujourd'hui ? » demandai-je avec culpabilité. Maman m'entraînait avec une arme, bien que papa ne le veuille pas. Elle refusait de me laisser être faible, et je suis heureuse. Je souhaite juste que je puisse porter mon arme avec moi. Mais ce n'était pas facile lorsque c'était une perche de 5 pieds de long avec une pointe aigüe à l'extrémité.

« Super ! Je vais demander à Gwen si tout ce que j'ai besoin est dans la maison », dis-je, me levant et sortant de la pièce. Je grimaçai lorsque ma jambe se contracta. Je me suis agrippée au cadre de la porte, et quelqu'un a couru vers moi ; je savais par l'odeur que c'était papa. Il me stabilisa, et je le regardai.

« Je vais bien, papa », dis-je doucement.

« Prends ton temps, Kiara », dit-il. Je sentis une vague de tristesse, et hochai la tête, comme si je sentais ce que je ressentais, il m'attira dans ses bras. Je fermai les yeux, l'embrassant fermement.

« Ah, elle est une petite fille à papa. Oncle El menace juste de me battre avec sa pantoufle », dit Raven, faisant rire maman.

« Il a fait la même chose avec Angela lorsqu'elle était plus jeune », répondit-elle.

« Tante A est dure. Je ne blâme pas papa. Mais regarde-moi. Je suis un petit diable innocent. »

« Aucun diable n'est innocent », répliqua maman, amusée. Je m'éloignai de papa.

« Je vais bien, papa, je promets d'être prudente », dis-je par le lien. Avant de quitter la pièce, je savais que ses yeux étaient fixés sur moi. Maintenant, allons cuisiner pour le Roi Alpha.

Ci sono solo alcuni capitoli da mettere qui, clicca sul pulsante qui sotto per continuare a leggere "La luna piena risveglia la bestia"

(Passerà automaticamente al libro quando apri l'app).

❤️Clicca per scoprire più contenuti entusiasmanti❤️



Clicca per scoprire più contenuti entusiasmanti